Livres à dévorer

(Sorginak, Mythologie Basque, Contes...)

"La Marche des Sorcières" c'est surtout un long travail de recherches menées entre 2016 et 2020... Mais aussi beaucoup de livres passionnants pour vous retranscrire au mieux cette Histoire de notre région durant les visites. 

 

En 3 heures de marche, il m'est impossible de vous partager tous les secrets de la "Sorcellerie" du Pays Basque et je propose toujours à mes randonneurs d'aller plus loin (s'ils le souhaitent) en dévorant quelques livres qui (pour ma part) sont encore très souvent sur ma table de chevet !... 

Histoire de la Sorcellerie en Pays Basque : Les bûchers de l'injustice 

par Beñat Zintzo-Garmendia

À l'aube du XVIIe siècle, une chasse aux Sorcières s'abat sur des populations uniquement bascophones en Pays Basque de France et d'Espagne simultanément. Henri IV, le roi de France envoie une commission royale aux pleins pouvoirs à travers deux juges civils, qui, persuadés de la réalité des sorcières exercent leur justice avec une extrême brutalité, condamnant au bûcher de nombreuses pseudo-sorcières. 

En Espagne, ce sont les inquisiteurs régionaux qui agissent avec leur rigueur habituelle contre ces Basques de Navarre et de Guipuzcoa. L'inquisition espagnole ne prononcera que fort peu de condamnations. 

Ces chasses aux sorcières aboutissent à une phénoménale erreur de justice. Les conséquences sont désastreuses pour ces populations basques.

Ainsi naît la légende des sorcières basques. 

Sorcellerie : Manigances & Sarabande 

par Claude Labat / Marko 

​Le Pays Basque cherche t-il à oublier les chasses aux sorcières du 17e siècle ? On pourrait le penser en voyant comment il interprète ces drames humains en mêlant explications fantaisiste et rancoeurs absurdes. Pour retrouver un peu de raison, Claude Labat, propose de reprendre les affaires à partir d'études récentes qui apportent des éclairages décisifs sur l'origine et le déroulement des faits. Ainsi, les liens entre les procès concomitants du Labourd, de Zugarramurdi et de Fontarrabie révèlent la dimension géopolitique des affaires et nous obligent à replacer les événements locaux dans le contexte européen et parfois bien au-delà. Parallèlement à cette approche, le dessinateur Marko nous entraîne dans une singulière sarabande pour pénétrer les mentalités de l'époque et plonger dans l'imaginaire de la sorcellerie diabolique qui va disparaitre vite après les procès.    

Des Origines du Peuple Basque

par Michel Duvert 

 

En 2004, Michel Duvert (docteur ès-sciences) faisait une conférence aux grottes de Sare sur le fondement de l'étude sur les origines des Basques, et notamment sur l'apport de Jose-Miguel de Barandiaran. Un exposé à la fois riche, rigoureux et accessible, qui méritait d'être édité considérant qu'aucune vue d'ensemble n'existait sur ce sujet.

C'est donc un partenariat entre la société d'édition Elkar et les Grottes de Sare qui aboutit à la mise au point de ce livre, qui a l'ambition de faire l'histoire de cette recherche. Tour à tour sont abordés les grands domaines de la quête sur les origines de ce peuple pré-indo européen : les caractéristiques biologiques, la langue, la culture matérielle, l'imaginaire et le mythe, un lexique et une indispensable bibliographie pour se repérer dans la jungle des études scientifiques de toutes sortes qui se perpétuent aujourd'hui. 

De la Mythologie Basque : Gentils et Chrétiens

par Anuntxi Arana 

 

Les mythes païens basques et la religion chrétienne ont cohabité des siècles durant et ils ont échangé entre eux nombre d'éléments. Les témoignages de certains croyants montrent que ceux-ci n'ont pas différencié les croyances selon leur origine et qu'ils n'ont pas eu de problèmes à ce que gentils et chrétiens soient réunis dans leur esprit. 

 

Ce syncrétisme occupe une place importante dans la mythologie populaire qui nous est parvenue jusqu'à ce jour, et c'est précisément l'objet d'analyse de cet ouvrage. Il présente les entrelacements qui se sont opérés entre un christianisme populaire et un paganisme ouvert, en se référant toujours à des histoires et en s'y appuyant. C'est ainsi que, partant de l'antique tradition basque, l'auteur souligne, d'une part, les aspects que la mythologie a empruntés au christianisme et la façon dont elle les a adaptés pour les introduire dans son propre système : et d'autre part les éléments païens que le christianisme a acceptés en son sein. En empruntant et en adaptant les éléments qui ne lui sont pas propre, la mythologie met en évidence à la fois sa souplesse ainsi que l'une de ses caractéristiques les plus importantes, à savoir sa capacité à survivre. 

La MYTHOLOGIE BASQUE

par Michel Duvert 

 

La mythologie basque : un univers complexe, fascinant voir même fantasmé, parfois à l'extrême. On peut se satisfaire d'un folklore de parc d'attractions, mais mieux vaut se laisser accompagner par l'ethnologie.

 

S'éloignant délibérément de la littérature de type "contes et légendes", Michel Duvert propose un choix de mythes et de l​légendes recueillis par des maîtres de l'ethnologie basque, en particulier Webster, Cerquand, Barandiarian et Azkue. L'accentest mis sur le fait qu'une grande part de cet imaginaire trouve son équivalent dans la mythologie pyrénéenne et dans le monde vascon au sens historique du terme.

 

Plus concrètement, l'auteur s'emploie à faire revivre une grande partie de cet imaginaire, comme à en recueillir les échos, notamment dans le Pays de Xareta à partir su Sare et d'Ainhoa, au coeur de la montagne navarro-labourdine. C'est ainsi que la montagne est privilégiée, elle qui est lourdement frappée par la déprise mais qui reste au coeur de nos vies. Elle qui sert aussi de cadre si foisonnant au mythe. 

 

Chercher à comprendre ces mythes, leurs principaux personnages et leur cadre naturel ou surnaturel, à les interpréter, est toujours périlleux. Mais saisir quelques clés et tenter d'en tirer du sens de manière pédagogique est un exercice salutaire.   

Sorginak : Sorcières en Pays Basque

par Juan Patlapin 

Ce volume rassemble des histoires de sorcières des sept provinces d'Euskal Herria. Parfois, rarement, il s'agit de sorcières en chair et en os. Mais généralement il s'agit de Sorginak nées dans l'imagination populaire. Sorginak en basque, cela veut dire littéralement "les faiseuses de sorts".

 

Les Sorginak sont nées de la peur en des temps de pénurie, de maladies, de tensions sociales, d'égarements religieux et de diverses calamités. La sorcière-humaine, fille de l'injustice, a été pourchassée et parfois brulée : elle inspire plus de compassion que de crainte. La sorcière-mythe, en revanche, que l'on retrouve abondamment dans les contes et les légendes populaires, est tout simplement un objet d'affection. Elle exprime à la fois les fantasmes et les craintes du peuple face à une situation d'aliénation culturelle, politique et économique. Ca vous rappelle quelque chose ? 

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now